Facebook Twitter

Temptació

Carles Batlle
Tentation
Guillem : Dis-moi, qu’est-ce qui te manque le plus de chez toi ? de la maison de la casbah, je veux dire.

(Pause.)

Hassan : L’odeur.

Guillem : L’odeur ?

Hassan : Oui, l’odeur, l’odeur des murs, de l’argile, de la paille, l’odeur des tissus, l’odeur de la nourriture. L’odeur.

Guillem : D’accord. Regarde autour de toi. Ma famille a vécu dans cette maison depuis plus de trois siècles. Cette maison, comment dire ? cette maison regorge d’histoire, par tous ses pores. Dans cette chambre sont nés des hommes importants, des gens de la terre. Touche le bois, touche le couvre-lit portugais, il date du XIX siècle, touche tout, sens tout, sens si tu veux. Regarde ce dessin. Passe-y les doigts… Et maintenant ferme les yeux. Ferme-les. (Petite pause.) Moi, je n’ai pas besoin de regretter quoi que ce soit. Tout ça a résisté au temps qui passe et est resté fidèle. Oui, fidèle, comme nous, comme ma famille. Quand je vois les rideaux en dentelle, je suis heureux, quand je joue du piano dans le salon, je suis heureux, quand j’écoute les disques sur le phonographe de mon oncle, je suis heureux, quand je sens le bois de ma commode, je suis heureux. Moi, je n’ai pas besoin de regretter l’odeur de ma maison : elle est ici, ici. Quand je suis ici, je suis heureux. Quand je vais en ville, je suis une merde sèche. Une vraie merde. Touche le lit, touche. Sens. Comme ça, très bien, sens. Ça te suffit ?

Hassan : Oui.

Guillem : Alors maintenant, il faudrait que tu me rendes un service.

Hassan : Que veux-tu que je fasse ?

Guillem : Tu pourrais lever ton cul et enlever tes nippes pleines de merde de mon couvre-lit portugais ? Je t’en remercierais infiniment.

(Longue pause.)

(Hassan se lève, aucun des deux ne touche le lit. Ils se regardent fixement dans les yeux.)

Guillem : Merci beaucoup. Tu sais quoi ? Même si je crevais de faim, même s’il avait une guerre, pour rien au monde, tu entends ? pour rien au monde je ne quitterais cette maison. C’est ma maison. Toi et moi on est différents, Hassan... Et maintenant parlons de choses sérieuses. Tu sais ce que tu me dois ?

(Pause.)
Translated by Isabelle Bres
Carles Batlle, Tentation. París: Éditions Théâtrales, 2006.
Carles Batlle, 2008
Comments on books
Zoom (2010)
by Enric Gallén
Extracts
Oasi
Català | Español | Français | Gallec
Suite
Català | Español | Français
Temptation
Català | Deutsch | Español | Français | Italià | Portuguès | Turc | Txec
Reviews
Bibliography
Secondary literature
Search for authors
A-B-C-D - E-F-G - H - I
J - K - L - M - N - O - P - Q - R
S-T-U-V-W-X-Y-Z
Translations of catalan literature
Here you can find more websites about catalan literature:
With the support of: