Facebook Twitter

E.R.

Josep M. Benet i Jornet
Actrices
Maria        Une minute. Moi, je n’ai pas encore parlé de moi et de ma magnifique carrière. Je serai brève, parce que je suis fatiguée et que vous ne me contredirez ni l’une ni l’autre.
(Un temps. Les autres se regardent et, peut-être se rassoient en silence).
Merci. Ma merveilleuse carrière. À l’époque, avant cette fin de printemps dont parlait Gloria, je voulais être actrice. Nous le voulions toutes les quatre. Nous trois… et elle. Mais l’été s’est terminé et je suis allée échouer dans le doublage. Et j’y suis restée. Je prête ma voix à une actrice, une vraie, je troque ma langue pour la sienne, j’essaie de le faire bien. Je suis une excellente professionnelle. Je dirige aussi d’autres voix pour qu’elles doublent d’autres acteurs et actrices. Ça aussi, j’essaie de le faire bien. Je sais ce que vous pensez. Un boulot pas reluisant, comme qui dirait indigne, presque. Indigne de vous du moins. Et un boulot, il me semble en tout cas, très éphémère. Il y a cent ans, le doublage n’existait pas. Et dans cent ans, on peut dire sans être grand prophète qu’il n’existera plus non plus. Il y aura autre chose. Quoi ? Ça… On verra le mot «doublage» sur une bande et on ne comprendra pas. Ce sera fini. C’est un scénario possible. Quel malheur ! Je ne vous fais pas pitié ? Eh bien, je le regrette, parce que je suis votre miroir. Vous pouvez bien vous bagarrer pour savoir laquelle de vous deux a récolté le plus de succès, mais tout cela passera, vous et votre souvenir, et aussi celui des œuvres, petites ou grandes, que vous aurez jouées. Pourquoi ne pas vous calmer ? Allons, laissez passer un peu de temps et Shakespeare lui-même aura disparu. Oui, Shakespeare. Simple question de temps.
(Un temps).
Il n’y a pas d’avenir. Rien n’est immortel. Vous, au fond, vous essayez de prouver le contraire. Mais non, désolée. Rien. Quand on le sait, ça aide à continuer, avec une certaine sérénité et sans ressentiment. Sans le moindre ressentiment pour de vieilles histories du passé. (Un temps). Pour parler d’autre chose… Tu sais ce qu’on dit de toi, Gloria ? Que tu es frigide. Et de toi, Assumpta, tu sais ce qu’on dit ? Que tu es passée sur le corps de tous ceux qui se mettaient en travers de ta route.
(Un temps).
Maintenant vous pouvez partir. Bonne nuit.


Traduït per Rosine Gars
Josep M. Benet i Jornet, Actrices. París: Editions de l’Amandier, 1999, p. 27-28.
Josep M. Benet i Jornet
Comentaris sobre obres
Baixar a l’abisme
per Maria Khatziemmanuïl
Desig (1989)
per Enric Gallén
Fragments
Desig
Deutsch | Elinikà | English | Español | Français | Português
E. R.
English | Español | Français | Português
Fugaç
Deutsch | English | Français
Soterrani
Español | Français | Italiano | Txec
Testament
Deutsch | English | Français
Ressenyes
Bibliografia
Cercador d’autors
A-B-C-D - E-F-G - H - I
J - K - L - M - N - O - P - Q - R
S-T-U-V-W-X-Y-Z
Traduccions de la literatura catalana
Podeu consultar més pàgines sobre la literatura catalana en traducció a:
Amb el suport de: