Facebook Twitter

Poesia

Josep Carner
Foi

Il y a une douleur, plus loin que la sagesse:
Et l'impossible seul lui fera beau visage.
Un tas pierreux est devenu le pur palais:
Ses murs ne sont que trous, et cendres, ses lambris.

Et lui-même, larron de ce lieu dépeuplé,
Tâtonnant, retombant, se dressant peu à peu,
Le découragement rapine dans la nuit
Ce qui voudrait se souvenir et vivre encor.

Mais je sais d’où il vient, l'inépuisable feu
Qui pourrait animer une poussière morte!
Un monument dernier demeure dans les ruines:

Par lui, j’irai là-haut sans vains paliers d’attente,
Tenté par le chemin des aubes éphémères:
C'est un bout d'escalier ne menant nulle part.

Traduït per Émilie Noulet i Josep Carner
Josep Carner, Foi. París: 1961.
Josep Carner
Cercador d’autors
A-B-C-D - E-F-G - H - I
J - K - L - M - N - O - P - Q - R
S-T-U-V-W-X-Y-Z
Traduccions de la literatura catalana
Podeu consultar més pàgines sobre la literatura catalana en traducció a:
Amb el suport de: